S’adapter aux publics et « Aller-vers »

Espace(s) thématique(s) auquel/auxquels se rattache ce levier :
Stratégie(s) à laquelle/auxquelles se rattache ce levier :
L’un de leviers fréquemment cités par les professionnels pour mener des actions auprès des parents et des familles est la démarche d’« aller-vers » les personnes et les groupes. Cette notion comprend à la fois l’initiation de la relation par l’intervenant et le déplacement de l’intervenant là où se trouve le public (Blanc et al, 2018). Ce déplacement peut être physique (lieux de vie), virtuel (mail, réseaux sociaux, etc.) ou consister plus largement en une adaptation de l’intervention pour en faciliter l’accès réel. Comment s’y prendre concrètement ?

“Aller-vers” physique…

Les professionnels recommandent la mise en place d’actions en proximité des lieux de vie des personnes. Cela de manière directe ou en s’appuyant sur les associations ou acteurs déjà implantés dans ces lieux de vie, ce qui permet de prendre en compte les freins à la mobilité que peuvent rencontrer certaines populations.

Programme d’éducation thérapeutique délocalisé dans un centre social implanté au sein d’un quartier en politique de la Ville ; mise en place d’un dispositif itinérant d’achat de produits bio en vrac et à prix accessible en zone rurale.

…financier…

Il est aussi essentiel que la participation aux interventions n’engendre pas de coût pour les participants afin de ne pas aggraver les inégalités sociales de santé. Si le fait de payer un service peut être considéré comme une dimension engageante pour les professionnels, il peut constituer un véritable frein pour les populations plus défavorisées. Il s’agit donc d’imaginer d’autres modalités pour favoriser l’engagement.

…et global

Plus globalement, les professionnels soulignent l’importance d’être flexible et de savoir s’adapter, et mobilisent plusieurs leviers comme :

  • Proposer plusieurs créneaux horaires pour une même action ;
  • Favoriser des horaires adaptés au public et proposer des modes de garde d’enfant pendant les actions ;

Ne pas faire payer les heures supplémentaires passées à la crèche pour un parent qui participe à une activité du projet ; mettre en place une garderie à côté du lieu où l’action se déroule.

  • Rappeler régulièrement une activité qui va avoir lieu aux personnes inscrites ;

Utiliser des SMS ou des groupes WhatsApp.

  • Rendre les inscriptions à une activité possibles jusqu’au dernier moment ;
  • Offrir une régularité et une continuité des actions proposées ; 

Sessions d’ateliers sur les rythmes de vie proposées par cycle.

  • Éviter d’annuler des activités programmées même s’il y a peu d’inscrits, lorsque cela est possible. Cela permet aux actions d’être repérées et d’offrir un cadre stable et rassurant pour les personnes ;
  • Ne pas nécessairement demander aux personnes de s’engager sur le long terme.

Tous ces principes d’action sont particulièrement importants pour s’adapter et prendre en compte un rapport au temps qui peut être différent selon les personnes, avec notamment des difficultés à anticiper et planifier le futur pour celles qui sont en situation de précarité.

S’appuyer sur le partenariat

De manière générale, il est recommandé de s’appuyer sur l’existant et d’identifier les acteurs qui sont déjà en lien avec les publics. Dans ce cadre, l’ « aller-vers » consiste à impliquer des associations ou des professionnels qui sont en contact régulier avec les personnes et qui ont déjà établi avec eux une relation de confiance.

Proposer différents types d’action pour s’adapter aux personnes

Il est aussi important de prendre en compte le rapport qu’ont les personnes avec les différentes institutions. Lorsqu’un projet est implanté à l’école, l’« aller-vers » peut consister à s’associer à d’autres structures pour toucher davantage de parents, notamment ceux pour qui le rapport à l’institution scolaire peut être difficile.

Collaboration avec le centre social pour mettre en place des ateliers-cuisine auprès des parents dans le cadre d’un projet nutrition mené à l’école.

Enfin, la complémentarité des actions collectives et des accompagnements individuels, en fonction des besoins, est mise en avant par des professionnels. Cela permet de partir de là où en sont les personnes, de s’adapter à leur rythme et à leurs besoins, certaines difficultés ne pouvant être abordées en collectif.